RSA et obligation d'activité que risquez-vous en ne respectant pas les heures

RSA et obligation d’activité : que risquez-vous en ne respectant pas les heures ?

Pour bénéficier du RSA, il est essentielle d’avoir une activité. À cause de cela, de nombreuses personnes sont inquiètes à l’idée de perdre cette précieuse qui leur est indispensable pour leurs dépenses. Cependant, l’objectif est de permettre aux allocataires de prouver leur motivation à chercher à se former ou à trouver un emploi.

Ce qu’il faut savoir concernant cette obligation

Sous certaines conditions, le RSA est une prestation ouverte aux personnes âgées d’au moins 25 ans disposant de ressources modestes. Il est également accessible aux jeunes actifs âgés de 18 à 24 ans s’ils sont parents isolés ou s’ils peuvent justifier d’une certaine durée d’activité professionnelle. Il faut savoir que le montant du RSA pour une personne seule s’élève à 607,75 euros.

Depuis 2023, une expérimentation a été lancée dans 18 départements, dont le Nord, afin de conditionner le versement du RSA à une activité de 15 heures par semaine. Le 1er mars, ce dispositif a été étendu à 47 départements, dont le Pas-de-Calais. Puis, d’ici 2025, il sera généralisé à l’ensemble du territoire. Cette mesure a pour but d’encourager l’insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en les incitant à exercer une activité régulière.

Lire aussi :  Réforme du RSA : des débuts prometteurs pour les allocataires

Ce dispositif, en quoi consiste-t-il exactement ?

Ce dispositif exige des allocataires du RSA de justifier de 15 à 20 heures d’activité par semaine pour bénéficier de l’aide mensuelle. Ces heures peuvent être effectuées en participant à des activités telles que des immersions en entreprise, des activités associatives, ou encore en travaillant sur l’obtention du permis de conduire. Il est important de noter que ces activités ne peuvent pas être du travail bénévole en dehors du cadre du Code du travail.

Certaines exceptions font que les allocataires peuvent être dispensés de ces heures d’activités. De ce fait, les personnes en situation de handicap, ceux qui ont une invalidité ou un problème de santé ou les parents isolés d’enfants de moins de 12 ans sans solution de garde font partie de cette exception. Il faut également souligner qu’en cas de difficultés personnelles et familiales, certaines personnes peuvent bénéficier d’une diminution du nombre d’heures à effectuer.

Lire aussi :  Les allocataires de la CAF privés de RSA, APL et primes chez cette banque

Les conséquences du non-respect des heures

Actuellement, le non-respect des heures d’activité ne conduit pas à la perte de l’allocation. Les responsables précisent que ce n’est ni l’objet ni l’objectif de cette expérimentation. Cependant, à partir du 1er janvier 2025, date à laquelle le dispositif devrait être généralisé en France, cette situation va changer.

En effet, à partir de cette date et en cas de non-respect du contrat d’engagement, la suspension du RSA peut être prononcée. Mais l’allocataire pour recevoir à nouveau le RSA s’il réalise ses heures d’activité ou s’il prouve qu’il n’est pas capable de les réaliser. Il faut noter qu’en cas de manquements graves, les responsables peuvent opter pour la suppression totale ou partielle du RSA.

La Mission Locale est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux