Comment obtenir le chômage après une démission, voici comment faire

Comment obtenir le chômage après une démission, voici comment faire

Dans un contexte professionnel parfois complexe, la décision de démissionner peut s’avérer difficile à prendre. Encore plus lorsqu’on se demande si l’on pourra bénéficier des allocations chômage suite à cette démarche.

C’est pourquoi nous avons conçu ce guide complet qui vous accompagnera pas à pas dans vos démarches de démission et vous éclairera sur les conditions d’accès au chômage. Que vous soyez en pleine réflexion ou que vous ayez déjà pris votre décision, ce guide est fait pour vous aider à naviguer avec sérénité dans ce processus souvent stressant. Alors, prêt à faire le grand saut ?

Comprendre les allocations chômage et la démission

Les allocations chômage sont des aides financières destinées à soutenir les travailleurs ayant perdu leur emploi de manière involontaire. En règle générale, une démission, qui est une rupture volontaire du contrat de travail initiée par le salarié, n’ouvre pas droit à ces allocations.

Cependant, l’Unédic, l’organisme en charge de l’assurance chômage, précise qu’il existe certaines exceptions. Par exemple, depuis 2018, la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel a élargi l’accès aux allocations chômage pour certains démissionnaires dans le but de faciliter les reconversions professionnelles.

Lire aussi :  Vérifiez vite votre éligibilité aux HLM avec les plafonds de ressources mis à jour

Les exceptions à la règle : démission et droit au chômage

Il existe des situations spécifiques où un salarié démissionnaire peut prétendre à l’Allocation de retour à l’emploi (ARE). Ces exceptions, gérées par France Travail (anciennement Pôle emploi), sont regroupées sous le terme de « démissions légitimes ». Elles comprennent 17 motifs variés, allant du suivi d’un conjoint à la reconversion professionnelle.

La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel de 2018 a élargi ces droits, permettant à plus de démissionnaires d’accéder aux allocations chômage. Par exemple, un salarié qui quitte son poste pour poursuivre un projet professionnel après cinq ans d’activité continue peut désormais bénéficier de l’ARE. Cependant, certaines situations comme le burn-out ou la dépression ne donnent pas accès à ces allocations.

Le dispositif « démission-reconversion » : conditions et statistiques

Depuis novembre 2019, un nouveau dispositif a été mis en place pour soutenir les salariés démissionnaires dans leur projet de reconversion professionnelle. Selon l’Unédic, entre fin novembre 2019 et septembre 2022, ce dispositif a bénéficié à environ 25 000 personnes, avec un montant total d’allocations versées avoisinant les 150 millions d’euros.

Lire aussi :  La CAF a versé plus d'allocations, est-ce obligatoire de rembourser le trop perçu ?

Les démarches administratives après une démission : que faut-il savoir ?

Après avoir pris la décision de démissionner, il est important de se préparer aux démarches administratives qui suivent. Tout d’abord, il est recommandé de notifier votre démission à votre employeur par écrit, en respectant le préavis prévu par votre contrat de travail ou la convention collective applicable.

Ensuite, il est nécessaire de s’inscrire rapidement auprès de France Travail (anciennement Pôle emploi) pour bénéficier des allocations chômage, si votre situation y donne droit. Lors de votre inscription, vous devrez fournir certains documents tels que votre carte d’identité, votre contrat de travail, vos bulletins de salaire et tout autre justificatif nécessaire à l’étude de votre dossier.

La Mission Locale est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux