Astuces pour quitter votre job et sécurisez vos allocations chômage

Astuces pour quitter votre emploi et sécuriser vos allocations chômage

En règle générale, le départ volontaire d’un emploi ne permet pas de bénéficier d’une allocation chômage de France Travail (anciennement appelé Pôle Emploi). En effet, pour être bénéficiaire de cette aide, il faut que l’arrêt de l’activité professionnelle soit involontaire.

Plus précisément, la cause doit être le licenciement, la fin d’une mission d’intérim, la rupture initiée par l’employeur, la rupture conventionnelle ou la fin d’un contrat à durée déterminée (CDD). Cependant, il y a quelques astuces pour pouvoir quitter son emploi tout en profitant de versements d’allocations chômage.

Le déménagement

Le déménagement peut être un motif de démission qui permet de bénéficier de l’allocation chômage. En effet, si vous quittez votre lieu de résidence actuel pour suivre votre conjoint ou votre tuteur, si vous avez subi des violences conjugales, ou si vous êtes contraint de déménager pour le traitement d’un enfant handicapé admis dans une structure d’accueil qui se trouve à une distance importante, vous aurez droit de demander une allocation chômage.

Lire aussi :  Ma Prime Rénov' : "C'est un enfer pour obtenir cette aide"

Un motif légitime de démission

La démission légitime permet de bénéficier de cette allocation octroyée par France Travail. Dans ce sens, la violence est un motif légitime courant. En outre, si vous êtes victime d’actes délictueux sur votre lieu de travail, ce qui signifie des menaces violentes, voire des menaces de mort, le harcèlement sexuel, le harcèlement moral, vous avez parfaitement le droit de démissionner et de demander une allocation chômage.

Il est cependant indispensable d’appuyer votre déclaration par des preuves crédibles émanant du Tribunal, par exemple. Le non versement du salaire dû par l’employeur est également un motif de démission légitime. La présentation de la copie de l’acte juridique qui sert de preuve auprès de France Travail est obligatoire.

Une reconversion professionnelle

Les travailleurs qui démissionnent pour se reconvertir dans un autre domaine ou pour créer leur propre entreprise, ou encore pour reprendre une affaire, ont droit à l’allocation chômage et ce, depuis le 1er novembre 2019. L’allocation de chômage est accordée sous deux principales conditions. La première est que le projet professionnel doit être réel et sérieux. Il doit avoir été soigneusement élaboré. Il doit faire l’objet d’une attestation de la Commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR).

Lire aussi :  Dévoilement des salaires : comment la France s'apprête à briser le tabou d'ici 2026

La deuxième condition est que vous devez justifier d’une durée d’affiliation spécifique d’au moins 1 300 jours à l’entreprise que vous quittez. En d’autres termes, vous devez avoir appartenu à l’entreprise pendant au moins 5 ans avant la date de la fin du contrat de travail.

Une rupture du contrat aux torts de l’employeur

La rupture du contrat engendrée par un manquement grave venant de l’employeur est un motif d’obtention de l’allocation chômage d’aide au retour à l’emploi. En effet, si votre employeur a commis un acte de discrimination, a modifié les termes du contrat sans vous en parler, ou a omis une partie de votre rémunération, vous pouvez soumettre une demande d’ARE. Par ailleurs, il est important de noter que ces erreurs doivent faire l’objet d’une décision du juge.

La Mission Locale est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux