Comment le surloyer en logement social va changer : êtes-vous concerné par la nouvelle mesure ?

Comment le surloyer en logement social va changer : êtes-vous concerné par la nouvelle mesure ?

La réforme du logement social se dirige vers un durcissement des critères d’accès aux HLM, avec des implications majeures pour de nombreux ménages. Cette évolution soulève des questions sur l’impact que cela aura sur les résidents du parc social. En outre, il existe des cas d’exceptions au surloyer qui méritent d’être examinés de plus près.

La réforme du logement social est vers un durcissement des critères d’accès aux HLM

Un projet de loi visant à réformer le logement social est actuellement en discussion. Ce texte, présenté au Conseil des ministres en mai, vise à restreindre les critères d’accès aux HLM, incitant ainsi un certain nombre de ménages à déménager. L’objectif principal du gouvernement est double : d’une part, récupérer des logements sociaux et, d’autre part, générer des revenus supplémentaires.

Ce futur projet de loi prévoit de modifier deux critères principaux. Tout d’abord, il s’agit du surloyer appliqué dès que les revenus excèdent d’un seul euro le plafond autorisé. Ensuite, il concerne le taux maximal de tolérance de dépassement avant expulsion. Ainsi, dès que les revenus dépassent de 120 % le plafond de ressources, les locataires seront contraints de quitter les lieux.

Lire aussi :  L'État vous offre jusqu'à 3000 € pour votre nouveau vélo, profitez-en !

Impact sur les ménages du parc social

Une nouvelle mesure vient d’être instaurée pour les ménages dont les revenus ont augmenté. Cette mesure concerne le supplément de loyer de solidarité (SLS), également connu sous le nom de surloyer. Il s’agit d’un montant complémentaire que les ménages du parc social doivent verser en cas de dépassement des conditions de ressources établies. Actuellement, environ 80 000 ménages sont touchés par cette mesure.

La plupart d’entre eux ont initialement accédé à un logement social en respectant les critères d’éligibilité, mais ont vu leurs revenus augmenter par la suite. Ainsi, ces 80 000 ménages vivant dans un HLM doivent désormais payer un surloyer car leurs revenus dépassent le plafond autorisé. De plus, il est prévu que cette mesure concerne également environ 120 000 ménages supplémentaires, portant ainsi le total à près de 200 000 foyers touchés par le surloyer.

Les cas d’exceptions au surloyer

Il existe quelques exceptions à la règle du surloyer qui s’applique aux ménages vivant dans des HLM et dépassant le plafond autorisé de revenus. En effet, certaines personnes ne sont pas touchées par cette mesure, notamment les personnes handicapées, qui sont exemptées du paiement d’un surloyer. De même, les résidents se trouvant dans des zones qualifiées de tension, où les possibilités de trouver un logement non social sont très limitées, ne sont pas directement concernés par le surloyer.

Lire aussi :  Éligibilité au droit au logement DALO en France

Cependant, si les revenus du ménage dépassent de 150 % le plafond de ressources, une autre disposition entre en jeu. Les locataires sont alors invités à quitter leur logement social dans un délai de deux ans. Cette mesure vise à garantir une certaine équité dans l’accès au logement social et à encourager une rotation des résidents afin de répondre aux besoins de logement des ménages les plus défavorisés.

La Mission Locale est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux