CPF la nouvelle obligation de participation financière bouleverse les salariés

CPF : la nouvelle obligation de participation financière bouleverse les salariés

Le Compte Personnel de Formation (CPF) connaît une évolution majeure avec l’instauration d’une nouvelle obligation de participation financière. Ce changement bouleverse les salariés et cela peut susciter des réactions contrastées au sein de la population active.

Ce qu’il faut savoir autour de cette nouvelle mesure

Le CPF est une alternative permettant aux citoyens actifs de se former durant leur vie professionnelle. Il était jusqu’ici financé par les contributions des employeurs et des pouvoirs publics. Cependant, la récente réforme impose désormais aux salariés de participer financièrement à leur propre formation. Ainsi, le principe de la participation financière obligatoire des utilisateurs du CPF sera mis en œuvre cette année.

Ce n’est pas un nouveau projet, car il était initialement prévu pour l’année dernière et est inscrit dans la loi de finances pour 2023. Concernant le niveau du reste à charge pour les utilisateurs du CPF, celui-ci est au minimum de 10 % du coût de la formation.

Lire aussi :  Les séniors ont du mal à trouver de l'emploi, est-ce de la discrimination ou un manque de formation ?

Il faut préciser que les modalités de cette participation obligatoire restent à discuter. Il est également prévu que les demandeurs d’emploi et les salariés bénéficiant d’un abonnement de leur employeur pour co-financer une formation via le CPF seront dispensés de cette participation financière.

Un aperçu des objectifs de cette nouvelle obligation

Cette mesure s’inscrit ainsi parmi les efforts pour faire 10 milliards d’économies supplémentaires cette année. Une règle qui prévue dans le cadre d’une réduction plus large des dépenses publiques.

Cela peut permettre à l’État d’atteindre l’objectif de réduire à 4,4 % du PIB le déficit public de cette année. Le reste à charge obligatoire mise en place va permettre à l’État de générer 200 millions d’euros d’économies.

Il s’agit aussi d’une solution que les responsables trouvent intéressante afin de contrôler la flambée des prix et combattre l’inflation. En effet, avec des recettes fiscales insuffisantes, le choix de faire des économies sans toucher au budget de la Sécurité sociale ou à ceux des collectivités locales semble être le meilleur.

Lire aussi :  Viré pour absence aux apéros, il fait plier son entreprise et empoche un montant faramineux

Les conséquences de cette nouvelle obligation

La nouvelle obligation financière au CFP peut apporter de nombreuses conséquences auprès des concernés. D’abord, elle peut représenter un changement majeur dans la manière dont les salariés envisagent leur développement professionnel.

De plus, cette mesure peut susciter de nombreuses inquiétudes auprès d’un grand nombre de salariés. Ces derniers se trouvent dans l’obligation de devoir supporter des coûts supplémentaires pour se former.

En effet, le CPF se trouve être un élément précieux leur permettant de développer des compétences et d’améliorer leur employabilité. Ainsi, l’ajout d’une charge financière peut être contraignant pour certains salariés, particulièrement ceux aux revenus modestes.

Au-delà de ses conséquences chez chaque salarié, la mise en place de cette réforme peut aussi entraîner des inégalités. En effet, cela peut limiter l’accès à la formation pour les salariés les moins favorisés économiquement.

La Mission Locale est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux